• Late & Smart sur BSmart

    Le Vendredi 16 octobre 2020 j’ai été l’invité de Guillaume Dubois dans LATE & SMART avec Jean-François Launay (Conseiller senior Litigation & Legal issues chez ELAN EDELMAN), et Pascal de Lima (Chief Economist chez Harwell Management).

    Late&Smart est le rendez-vous du soir autour de trois acteurs de l’économie pour tenter de mieux comprendre l’actu du moment, en France et ailleurs, dans la sphère éco mais pas seulement.

  • Rendez-vous aux Rencontres de l’UDECAM : Ensemble pour le futur

    Rendez-vous du 5 au 9 octobre pour les Rencontres de l’UDECAM 2020 qui se déclineront en 5 émissions réalisées avec 5 grands media partenaires :
    Lundi 5 octobre chez TF1 : Ensemble engagés pour l’écosystème médias
    Mardi 6 octobre chez LES ECHOS : Ensemble responsables pour notre société
    Mercredi 7 octobre chez WEO (366) : Ensemble à l’écoute du consommateur
    Jeudi 8 octobre chez EUROPE 1 : Ensemble pour accueillir tous les talents
    Vendredi 9 octobre chez LE FIGARO : Ensemble ambitieux pour notre futur
    Des rendez-vous d’une heure, animés par les journalistes de chacun de ces médias. Un dispositif digital permettra aux participants de réagir en direct au débat, favorisant ainsi l’interactivité et la convivialité qui ont fait le succès des Rencontres.
    Lien d’inscription : http://rencontres.udecam.fr/
  • «Trusted Media / Trusted Brands» dans Le Figaro

    « Trusted Media / Trusted Brands »

    Merci

     

    pour cette opportunité d’affirmer en ces temps troublés à quel point nous avons besoin de médias de qualité, de marques en qui croire et d’agences pour les défendre !

    Texte intégral ici :

    https://partner.lefigaro.fr/paroles-d-agences-thomas-jamet/preview

     

    En anglais :

     

    Trusted Media / Trusted Brands

     

    In the world to come, publishers will have the historical responsibility to fight against fake news. It is now more vital than ever. Brands too must put one lement back at the center of their interactions with consumers : trust. Media agencies have a central role to play.

     

    by Thomas Jamet, CEO of IPG Mediabrands Group France

     

    In this strange period of global pandemic, a veritable black swan, it is not enough to persuade oneself and multiply incantations for « the new world to come » to happen. If we want it to be better – especially in terms of information and communication – we must work swiftly. It is up to us to accompany a change in values to bring out the major media and brands of tomorrow.

     

    More than ever before, emotion will be more key

     

    The modern illusion of controlling the world freed us from all caution, because we thought we were the masters of a universe that we were shaping in our own image. By abandoning this chimera, we have not lost our soul, but rather found back our humanity.

     

    In this era that is now upon us, we act as if we were newborns, spontaneously discovering our instincts. We need to rebuild what identity means in the age of digital tracking, to refund the need for security in a dematerialized world, to rediscover primary social interactions through screens.

     

    Technologies are built on the primacy of the human being and emotion, and in this moment of acceleration born of the combined effect of digital technology and the globalization of trade, we have reached a turning point. The crisis is global in because it affects almost every country and also because it is being followed everywhere in real time. It is a global event where Italians share the daily life of New Yorkers; where disasters and hopes are visible on a global scale.

     

    Never before has the world experienced the same thing, at the same time, so intensely. For better or for worse, it is highly likely that the crisis will initially crystallize extremes. Eros and Thanatos, violence but also the impulse of life… One thing is certain: the 20s will either be marked by emotion or they won’t be.

     

    The media have an historic role to play

     

    Reporters Without Borders warned on April 21st about press freedom dangers in the wake of the extraordinary situation created by the health crisis. And if that were not enough, to think that « fake news » will disappear all alone is to be ignorant of human nature. Indeed, their use and compulsive consumption meet a vital need. They are very strong narrative vehicles and we are increasingly aware that they help us to satisfy one of our most primary and essential instincts: to tell ourselves stories so that we do not have to face reality.

     

    The media are receptacles and vehicles for our ability to believe. Eventually, we understand that consumer vigilance will be a compass and not the option of a few pioneers. Circulation of information, like the battle for audience has never been so crucial and the period we are living through will leave its mark and durably shape not only certain consumption patterns but also our civilization.

     

    In 1956, the photo of young Elvis being vaccinated backstage convinced a whole generation to imitate him and helped defeat polio. More than ever, we know that dissemination of good information will help good practices. And that the success of news media is here to stay. But there will only be a « world after » if we are exemplary. Fighting fake news and generating quality information, getting rid of gossip, mediocrity, even in entertainment, will not only be important, it will be vital. Publishers, as well as platforms, have a historical responsibility for the decades to come. We know that it is in the dark that monsters are born.

     

    Brands : a matter of faith

     

    In a world without truth, faith arises everywhere. When there are serious changes in lifestyle, there is a fairly dramatic shift in perception of brands that consumers use. 59% already announce that their relationships will be « strengthened with brands that behave well » during the crisis (source: Toluna).

     

    Advertisers must therefore be extremely vigilant about their interactions. But it will be necessary to go beyond « purpose »: brands must totally reinvent their interaction and put this dimension of trust at the heart of their communication. This goes beyond the simple « no profit » injunction, marketing tricks and an often faked « brand utility ». It will involve inventing and sometimes repairing a non-existent or superficial relationship.

     

    Brands that will do best will be the ones that consumers will trust. And believe in. But let’s be clear about one thing: brands won’t save the world! But as important players in our socio-economic system, they must be valued and promoted because their social role goes far beyond simple business.

     

    Our agencies Initiative and UM, as well as experts gathered in our specialized business units (Magna, Rapport, Reprise, Orion but also at Kinesso) are committed on a daily basis alongside our clients to make this period an era of profound reinvention. Our teams are committed to enabling the advent of this new paradigm based on trust in the media and in brands. The next few months are decisive for the next decade.

     

     

  • UM Paris sacrée Agence Media de l’Année et IPG Mediabrands France récompensé pour la 3ème année consécutive

    En ce 16 Décembre 2019 UM est sacrée Agence Media de l’Année lors de la XXXXème cérémonie du GPAA en présence du Ministre de la Culture, M. Frank Riester

    Ce troisième trophée consécutif est extraordinaire avec des gains en 2017, 2018 et 2019. Un grand chelem pour IPG Mediabrands au Grand Prix des Agences de l’Année !

    http://www.lesagencesdelannee.com/

     

  • Débat « La Réclame » : Fraude, transparence, adblocking… la publicité en ligne peut-elle vaincre ses démons ?

    Alors que la publicité en ligne est devenue le média le plus investi par les annonceurs français depuis 3 ans, sa croissance spectaculaire ne se fait pas sans heurts.

    Entre des problèmes de contexte, de clics et d’audiences frauduleux, d’un usage de l’adblocking qui se stabilise autour d’un tiers des Français, des coûts parfois complexes à comprendre pour les annonceurs, et la perspective d’un monde sans cookies, les défis ne manquent pas pour le secteur.

    Quels remèdes à ces maux ? La publicité en ligne sera-t-elle, à terme, un canal aussi « tranquille » que ne le sont la publicité TV ou l’affichage ?

    Pour y répondre, j’ai participé à un débat sur La Réclame en partenariat avec Abilways (CFPJ, ISM, Pyramyd) en compagnie de Nicolas Rieul : directeur général France de Criteo et président de la Mobile Marketing Association France.

    A lire ICI : https://lareclame.fr/enjeux-publicite-en-ligne-227634

  • Nos données ne sont pas un produit de luxe / Tribune dans Stratégies 9 Mai 2019

     

    La vie privée est largement reconnue comme un droit humain fondamental qui est, dans de nombreux pays, légalement protégé. Alors, pourquoi avons-nous le sentiment qu’à l’ère numérique, notre vie privée est menacée, et parfois qu’elle a disparu ?

     

    Vie privée et confidentialité des données

    Pour comprendre le droit à la vie privée, il est important de faire une distinction entre la notion traditionnelle de « vie privée » et celle de « confidentialité de nos données ». À l’ère pré-numérique, la vie privée était un concept lié à la présence physique et aux communications privées. On pouvait garder pour soi des informations, et si on choisissait de les partager avec une institution, publique ou privée, celle-ci devait en assurer la sécurité. A l’ère numérique, tout ce que nous faisons est facilement quantifiable et traçable. Nos données, qu’on désigne désormais comme « le nouveau pétrole de l’économie numérique », sont numérisées et soigneusement collectées.

     

    Le partage de nos données est le prix à payer pour prendre part à l’économie numérique du XXIe siècle. D’un côté, les entreprises obtiennent des informations précieuses sur leurs publics et, de l’autre, les consommateurs accèdent, dans la plupart des cas, à un service (gratuit). En principe, tout le monde profite de cet échange. Sauf que cela fonctionne rarement ainsi. Pire encore, cela nuit souvent aux avantages pour le consommateur et à l’expérience de la marque.

     

    L’échange données-service déséquilibré

    Nombreuses sont les entreprises qui rassemblent chaque jour des myriades de données sur leurs utilisateurs, bien souvent au détriment de leur vie privée. Mais très peu d’entre elles sont capables d’exploiter cet énorme volume d’informations pour ensuite développer des produits et services qui profitent réellement aux consommateurs. De fait, du point de vue de ces derniers, cette collecte excessive, généralement formalisée dans les conditions générales d’utilisation, longues et rédigées dans un jardon juridique, n’offre aucun avantage tangible. L’échange données-services est toujours fortement en faveur des géants de la technologie.

     

    La plupart du temps, le déséquilibre se manifeste par une expérience utilisateur médiocre : les consommateurs reçoivent des recommandations non pertinentes. Dans certains cas extrêmes, ils peuvent causer un réel préjudice émotionnel, comme dans le cas de cette femme qui recevait sans cesse des publicités pour des produits infantiles après l’accouchement de son bébé mort-né.

     

    Les consommateurs devraient être les propriétaires de leurs propres données et avoir le dernier mot quant à celles qu’ils choisissent de partager. La protection de la vie privée ne devrait pas seulement être un droit individuel, mais aussi un bien commun, accessible à tous. La perte de la confidentialité des données serait alors une tragédie et non une anecdote inévitable. Afin de sortir de cet échange données-services déséquilibré, il faut cesser de penser que tout sur Internet devrait être gratuit, et peut être payer pour garder nos données personnelles confidentielles.

     

    La confidentialité de nos données, un produit de luxe

    Aujourd’hui, seuls ceux qui ont les moyens de payer pour des services haut de gamme et sans publicité peuvent échapper à la collecte de données. D’autant qu’il est presque impossible de ne pas utiliser ces services numériques fournis par les géants de la technologie.

     

    On a ainsi appris récemment que Facebook payait 20 dollars par mois aux Etats-Unis des jeunes utilisateurs pour qu’ils le laissent tracker leurs activités. Mettre un prix sur la confidentialité des données devrait être directement lié à la valeur générée par les données, et non pas être arbitrairement défini par une entreprise de technologie.

     

    Apple est peut-être la seule exception : la confidentialité des données est même devenue pour eux un argument de vente essentiel, et une justification partielle de leurs prix élevés. Apple profite de l’érosion de la confiance du public dans d’autres GAFAM.

     

    Comment restaurer l’équilibre ?

    Tout d’abord, les marques peuvent adopter une politique de collecte de données davantage axée sur le consommateur. Il convient de collecter uniquement les données souhaitées et lier chaque donnée à un avantage tangible redonné aux consommateurs.

     

    Plus important encore, les marques ont la possibilité de comprendre leurs utilisateurs via des plateformes qu’elles-mêmes peuvent créer. Elles collectent ainsi des données non personnelles qui, une fois agrégées, reflètent directement ce que veulent les consommateurs. C’est une tactique que de nombreuses marques de vente directe au consommateur ont déployée avec succès.

     

    La transparence est également un facteur important : les marques doivent éviter tout jargon juridique dans leurs politiques de confidentialité, expliquer clairement pourquoi elles collectent des données et demander des consentements explicites.

     

    Il y aura toujours une place dans l’économie numérique pour les modèles financés par la publicité, et l’échange données-services est certainement voué à perdurer. Mais on trouvera probablement bientôt les moyens de mettre un frein aux pratiques discutables des géants de la technologie. En tant que spécialistes des marques, nous nous devons de comprendre parfaitement les défis liés à cette question complexe et de guider nos clients dans la collecte et la sécurisation des données sur les consommateurs de manière respectueuse et éthique, sous peine de tomber dans les pièges du capitalisme de surveillance.

     

     

     

     

  • Les Nouveaux Défis du Brand Content – Plongez dans le Marketing de l’Émotion

    « Le Brand Content, c’est finalement ce que devrait être la bonne publicité : construire une relation émotionnelle avec son public et un consommateur ayant le sentiment d’être diverti sans sentir la pesanteur d’une pression commerciale. »

    La première édition des Nouveaux Défis du Brand Content, devenue référence, introduisait ce credo. Plusieurs années après, la pression commerciale pesant sur l’internaute est décuplée. Mais les solutions pour le divertir aussi ! En 2013, je souhaitais apporter une pierre à l’édifice d’une discipline et d’un type de communication en plein essor, avec pédagogie. L’ouvrage a connu un tel succès qu’il a rapidement été épuisé et est devenu une référence pour les professionnels et les étudiants. Il figure ainsi dans la bibliographie de nombreux concours d’écoles supérieures spécialisées en publicité et communication, et les Masters spécialisés en Brand Content, ayant depuis lors fleuri.

    Cet ouvrage n’a donc jamais aussi bien porté son nom : au-delà de ce que l’on peut appeler le « Brand Content », quels sont les nouveaux défis, à l’heure de la data, pour les marques ?

    Le Brand Content est donc devenu incontournable, un must-have de toute stratégie marketing. Dans ce contexte de démocratisation et où tout dans l’écosystème média est connecté et simultané, cette deuxième édition est complètement revisitée.

    J’ai voulu adjoindre aux grands entretiens avec des experts reconnus tels Stéphane Hugon, Daniel Bô et Vincent Balusseau un point sur les nouvelles tendances avec Pascal Nessim – le co-président de l’agence Marcel (groupe Publicis), une des meilleures agences créatives mondiales – et ouvrir à l’international avec les témoignages de Patricia Weiss, une experte reconnue au Brésil, de Richard Yao du IPG Media Lab de New York, et de Gabriella Chihan Stanley, spécialiste de la réalité virtuelle.

    Les plus grands créatifs mondiaux sont toujours à l’honneur avec un entretien avec le légendaire David Droga et une préface d’Olivier Altmann. Enfin, Emmanuel Durand, président-directeur général de Snapchat France signe une postface passionnante éclairant sur les enjeux technologiques du Brand Content.

    Cet ouvrage vous permettra de :

    • créer de l’engagement avec un marketing de l’émotion qui transcende tous les canaux : contenus éditoriaux personnalisés, nouveaux storytellings, réalité virtuelle ;
    • vous inspirer des stratégies de Brand Content des entreprises françaises et internationales à la pointe dont les dernières lauréates du Grand Prix du Brand Content ;
    • disposer d’une vision claire des évolutions à venir en marketing digital, avec les contributions ddes plus grands experts mondiaux

    « Au-delà du Contenu de marque, une excellente grille de lectures tratégique pour tout comprendre des enjeux business des entreprises » – Nicolas Bordas, Vice-Président International TBWAWordlwide

    « LE livre de référence qui renouvelle l’approche sur le contenu de marque » – Xavier Dordor, CB News

    Pour l’acheter sur Amazon c’est ICI : https://www.amazon.fr/nouveaux-d%C3%A9fis-Brand-Content-%C3%A9dition/dp/2744067121/ref=la_B005K020TY_1_2?s=books&ie=UTF8&qid=1544609578&sr=1-2